Problème de l’apiculture… et techniques de chasse redoutables !

      Les populations du frelon asiatique étant très importantes, les ouvrières doivent trouver beaucoup de nourriture carnée ce qui explique leur présence incessante sur les marchés et près des ruches. Sachez que certains marchés doivent fermer l’été à cause de ce frelon ! Parlons maintenant des abeilles, pourquoi est-ce un problème ? Ce frelon colonise les espaces urbains certainement plus que les autres espèces qui sont limités par la disponibilité des sites de nidification (il y a peu de cavité sombres par contre il n’est pas difficile de trouver de grands arbres en ville !). Et le problème est là : les frelons s’installent en zone urbaine où l’entomofaune (insectes divers) disponible pour les prédateurs est réduite. Les frelons asiatiques se replient donc sur les sources de nourriture disponible les plus abondantes : les ruches ! Ils sont d’ailleurs très efficaces pour la capture des abeilles. Et pourquoi le seraient-ils plus que le frelon européen Vespa crabro ? Leur vol est plus rapide et surtout, ils sont en mesure de faire du vol stationnaire très efficace ce qu’aucune guêpe sociale européenne ne sait faire si bien. Leur précision pour la capture est donc bien meilleure ce qui les rend plus redoutables que leurs homologues autochtones. D’autre part, chaque espèce à sa préférence parmi les proies ainsi, le frelon européen capture essentiellement des mouches (pouvant composer jusqu’à 90% de ses captures) alors que le frelon asiatique préfère les abeilles.

Pression de prédation importante sur un essaim sauvage (août 2013, Toulouse)

proie vespa velutina frelon asiatiqueCapture d'une mouche par une ouvrière du frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax

Photos de captures d'abeilles par le frelon asiatique sur le forum G&F (cliquez ici)

      Ces captures posent plusieurs problèmes. Le premier est l’affaiblissement des ruches qui perdent des récolteuses. L’investissement en énergie pour produire une ouvrière n’est pas rentabilisé puisque cette ouvrière est capturée et donc non productive. Le second problème est la perturbation des récolteuses dans le cas ou les frelons chassent devant les ruches. Les abeilles sentant le danger vont adopter un comportement défensif. Elles se rassemblent devant l’entrée de la ruche formant une grappe compacte (barbe) pour intimider l’agresseur. Durant cette défense, les ouvrières mobilisées ne sont pas à la récolte perturbant ainsi l’activité de la ruche ! De plus ceci n’est que d’une efficacité limitée car les frelons ont une parade efficace. Les chasseuses s’approchent de la grappe provocant l’avancée des abeilles prêtes à piquer. En faisant ceci les abeilles s’isolent de la grappe ce qui les rend plus facile à capturer. La chasseuse asiatique se saisit d’une victime isolée et commence directement à lui couper la tête en s’éloignant dans les airs…

      Enfin la dernière technique de chasse de Vespa velutina est de nouveau unique parmi les guêpes européennes. Les ouvrières peuvent chasser en groupe (coopération). Lorsqu’une chasseuse s’approche de la ruche, la grappe d’abeilles s’oriente vers elle. Une autre chasseuse prend alors le relai en s’approchant de l’autre coté de la ruche orientant à son tour la grappe vers elle. Ces mouvements provoquent des déplacements rapides des abeilles « en zig-zag » à l’entrée de la ruche. En faisant ceci à répétition, les chasseuses vont fatiguer les abeilles qui ne reviennent plus assez vite dans la grappe ; elles se retrouvent alors isolées et deviennent donc des proies disponibles.

Il faut savoir que des apiculteurs ont été obligés de fermer leur exploitation car trop de ruches ont été détruites (selon les médias : 20% des petits exploitants en 2011...) ! Même en piégeant le frelon asiatique dans les ruchers (pièges spécifiques) ceci ne permet parfois pas de sauver les ruches.

                                 frelon asiatique abeille      frelon capture abeille

Prédation du frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax sur des abeilles butineuses

      Dernier soucis : l’entrée en repos hivernal des abeilles. Dès que les températures descendent au-dessous de 10°C en fin de saison, les abeilles restent dans la ruche et arrêtent de sortir. En revanche si les températures sont douces le frelon asiatique continue de chasser. Ne trouvant plus de proies parmi l’entomofaune (majorité des espèces d’insectes entrée en repos hivernal) les pourvoyeuses vont à nouveau chercher dans les ruches. Elles n’hésitent pas à y entrer et à prélever des abeilles sur la grappe (car les abeilles sont actives l’hiver et forment une grappe à l’intérieur de la ruche). Si la ruche à été affaiblie pendant la saison, il n’y aura plus assez d’abeilles pour produire la chaleur nécessaire à la survie hivernale et l’essaim mourra. Le frelon lui, continue sont activité jusqu’à ce que les températures deviennent négatives sur une longue période. Même si ses proies favorites restent les abeilles, ce frelon est opportuniste comme toutes les guêpes sociales et s'attaquent également à toute proie de passage. Il n'hésite pas à capturer d'autres guêpes sociales...

chasse frelon asiatiqueCapture d'une ouvrière de la guêpe germanique Vespula germanica par le frelon asiatique

                                                              Visitez aussi le forum : http://guepes-frelons.forumgratuit.org/

 

                                                                  Les images et logos utilisés sont la propriété du site et de son webmaster

                                                                   Merci de ne pas les utiliser sans autorisation préalable

                                                                    Pour toute question : rubrique "me contacter"

                                                                    Tous droits réservés - Antoine RIVIERE - © Clin d'œil